Bienvenue chez BH Service : L'expert Moteurs et Transmissions

station leclerc Webp.net resizeimage

Carburants à prix coûtant en novembre 

E.Leclerc, spécialiste des ventes promotionnelles et premier distributeur sur le marché français, décide une opération choc jusqu’à la fin du mois de novembre « Dans un contexte d’augmentation drastique des prix des carburants et fidèle à son combat en faveur du pouvoir d’achat des Français, le Mouvement E.Leclerc a pris la décision de prolonger son offre de carburants à prix coûtant jusqu’au 30 novembre 2018. » annonce Michel-Edouard Leclerc sur France Info.

Les transporteurs, et tous ceux qui sont obligés de se déplacer, vont être content ! Chez E.Leclerc, les carburants resteront donc à prix coûtant dans les 684 stations- services du réseau E.Leclerc jusqu’à fin novembre. Michel-Edouard Leclerc poursuit … un peu plus politique « Depuis plusieurs semaines, dans les médias, je ne cessais de dire que la question du pouvoir d’achat allait devenir une question politique. On y est !  Dans un contexte où l’expression des consommateurs n’a jamais été pris en compte, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’ils rappellent qu’ils sont aussi des électeurs. »

Ecrit par Jean-Yves Kerbrat

Surveillance des poids lourds, les amendes tombent du ciel

Nous sommes en Alsace. Ici, lorsqu’il s’agit du transport routier, les gendarmes ne s’intéressent pas seulement aux chronotachygraphes et aux temps de conduite. Mardi 23 octobre, durant 2 heures, un hélicoptère du détachement de Meyenheim a décollé pour une opération de surveillance sur une portion de l’autoroute A35. Au sol, il n’y avait pas moins de 25 militaires, dont 14 motocyclistes, positionnés dans les deux sens de circulation (Mulhouse-Colmar et l’inverse).

Le but de cette opération d’envergure, détecter les comportements supposés dangereux. A la fin de l’opération,16 conducteurs avaient été interceptés et verbalisés. Huit l’ont été pour non -respect de la distance de sécurité et huit autres pour manœuvre de dépassement malgré une interdiction. 50% des conducteurs étaient étrangers. On peut penser qu’une fois arrêtée, chacun a eu droit au contrôle des documents de bord et des temps de conduite.

Ecrit par Jean-Yves Kerbrat

Transport routier, de plus en plus fort les fraudes au chronotachygraphe

 

Lors d’une opération menée à Moréac (Morbihan), le vendredi 14 septembre 2018, dévoilée le 10 octobre par la préfecture de Bretagne, les contrôleurs des transports terrestres de l’antenne de contrôle de Vannes ont découvert, sur un ensemble routier immatriculé en Pologne « un système frauduleux altérant le fonctionnement du chronotachygraphe.

Le dispositif pirate imaginé par le transporteur polonais atteint un niveau d’élaboration jusqu’alors jamais rencontré. Il consiste en la modification interne du software de l’appareil de contrôle numérique. L’insertion d’une mini clé USB dans un port caché derrière le tableau de bord neutralise tout enregistrement de conduite tout en conservant active l’information vitesse. Cette manipulation permet de masquer les temps réels de conduite.

Les contrôles sont insuffisants compte tenue des évolutions des fraudes

L’infraction retenue par les contrôleurs est la modification du dispositif destiné au contrôle des conditions de travail dans les transports routiers. Cette infraction délictuelle est passible d’une amende de 30 000 euros et d’une peine d’emprisonnement d’un an maximum. Dans le cas présent, le montant de la consignation (somme due pour lever l’immobilisation du véhicule) a été fixé à 4 500 euros par le procureur de la République de Lorient. Le transporteur devra en sus s’acquitter des frais de remise en conformité de l’appareil qui s’élèvent à plus de 3 000 euros.

Selon le préfet de Bretagne « à l’image de ce système, les manipulations frauduleuses sont de plus en plus complexes et requièrent une forte expertise technique de la part des services de contrôle. Certains transporteurs cherchent à se soustraire à la réglementation sociale européenne, temps maximum de conduite, temps de repos minimum à respecter, et au code de la route (limitations de vitesse). Ils interviennent sur le fonctionnement de l’appareil de contrôle créant une concurrence déloyale entre les entreprises de transport, au mépris par ailleurs de la sécurité routière. »

Les fortes amendes seront-elles dissuasives ? 

En Bretagne, en 2017, 20 % des véhicules contrôlés étaient en infraction dont 20% des infractions relevées étaient considérées comme graves. Toutes infractions confondues (de la contravention au délit), 54 % des infractions relevées portaient sur le non-respect de la réglementation sociale européenne. En 2018, ces pratiques perdurent. Le préfet poursuit « A travers les contrôles réguliers menés par les contrôleurs des transports terrestres, l’État s’engage contre toutes les formes de fraudes dans le transport routier : économiques, sociales et environnementales. Les pratiques concurrentielles déloyales nuisent en effet à l’ensemble des professionnels du transport routier, à la sécurité routière et aux riverains des infrastructures de transport. Elles portent également atteinte aux efforts de toute une profession en faveur de la protection des salariés du secteur, de services de qualité mais aussi d’un transport routier toujours plus propre. ».

En Bretagne, 22 agents de contrôle et un agent chargé de la pesée sont en charge des missions au sein de la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) de Bretagne. Les contrôleurs des transports terrestres français sont des agents spécialisés du Ministère de la transition écologique et solidaire. Ils interviennent en région sur route et en entreprise pour veiller aux conditions d’emploi des conducteurs routiers et au respect des règles de sécurité et de concurrence dans le secteur du transport routier de marchandises et de voyageurs.

Ecrit par Jean-Yves Kerbrat

Elisabeth Borne lance la campagne « A vous aussi d’écarter le danger »
Dans le cadre de la Semaine de la sécurité des agents des routes du 15 au 21 octobre, Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, lance une campagne de prévention baptisée « Sécurité des agents des routes : à vous aussi d’écarter le danger ». Les usagers de la route, automobilistes et chauffeurs de poids lourds sont appelés à un changement de comportement pour la sécurité des femmes et des hommes qui travaillent quotidiennement au bord des routes.

Chaque jour, 9 000 agents travaillent sur les réseaux routier et autoroutier comptabilisant près de 800 000 interventions par an. Or, entre 2014 et 2017, les accidents sur zones de chantier ou d’intervention ont augmenté de 34%. En 4 ans, 120 agents ont été blessés et 3 autres tués. « Il est intolérable que des femmes et des hommes qui travaillent sur notre réseau routier soient ainsi mis en danger au travail, dans l’exercice de leurs missions au service des usagers. J’ai souhaité que nous réagissions en engageant cette campagne de grande ampleur et inédite. Elle vise à ce que chaque usager de la route se mette à la place des agents et réalise que c’est à chacun d’entre nous d’écarter le danger par des comportements plus adaptés et davantage d’attention. L’objectif de cette campagne, où nous avons fait le choix de mettre en images et de donner la parole à de vrais agents, est donc double : sensibiliser et responsabiliser » a précisé la ministre.

La campagne repose sur plusieurs supports. Le réalité virtuelle sera utilisée pour une expérience immersive permettant aux usagers de vivre le quotidien des agents et de ressentir  les risques encourus. A côté de cela, un film sera diffusé sur Facebook du 15 octobre au 4 novembre, ainsi que sur Youtube et Dailymotion Cliquez ici pour voir le film.

Un making off sur la réalisation de la campagne vidéo a également été réalisée avec les agents des Directions interdépartementales des routes ayant participé à celle-ci, afin de retranscrire leurs témoignages au quotidien Cliquez ici pour voir le making off du film.

En complément, un spot radio de 30 secondes sera diffusé du lundi 15 octobre au vendredi 26 octobre sur les stations généralistes et musicales et du lundi 15 octobre au vendredi 19 sur les stations autoroutes.

Enfin, des bannières ont été réalisées pour diffusion sur des sites permettant de toucher les usagers de la route en amont et pendant leur mobilité.

Ecrit par Auriane Kerbrat

E5, E10, B7, les carburants changent de nom !

On doit le changement de nom dans les stations-services à une directive européenne datant de 2014 qui vise à faciliter les déplacements au sein de l’UE en harmonisant l’appellation des carburants. Dès le 12 octobre, la France ainsi que l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Macédoine, la Serbie, la Suisse et la Turquie vont donc se soumettre à cette nouvelle signalisation.

 

Nouvelles appellations européennes

Deux types d’étiquettes, rondes et carrés, permettront de différencier l’essence du diesel. La ronde dotée de la lettre E pour l’essence et le carré doté de la lettre B pour le diésel. Pour s’y retrouver, ce n’est pas si compliqué. Le chiffre accompagnant la lettre représente le taux d’éthanol dans le carburant. Ainsi les très familiers SP95 et SP98 deviendront E5, E pour essence et 5 pour 5% d’éthanol. Dans la même logique, E10 restera E10.

En ce qui concerne le biodiésel, il sera siglé B7, B pour Bio diésel et 7 pour le pourcentage de bio composant. Le B10 ainsi que d’autre diésel encore plus « bio » seront bientôt disponibles.

Ecrit par Auriane Kerbrat