Bienvenue chez BH Service : L'expert Moteurs et Transmissions

Renault Trucks renouvelle le don de trois utilitaires aux restos du cœur

Cette année encore, Renault Trucks renouvelle son soutien aux Restos du Cœur. L’an dernier, le constructeur de véhicules industriels avait remis trois camions à l’association caritative, tout comme cette année avec 3 nouveaux Renault Master d’occasion.

Les véhicules utilitaires ont été offerts à trois antennes départementales différentes des Restos du Coeur : Blainville-sur-Orne dans le Calvados, Tours dans l’Indre-et-Loire et Annecy en Haute-Savoie. Cette démarche s’inscrit dans la politique RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) de Renault Trucks, où le développement des territoires et la lutte contre la faim occupent une place centrale.

La première remise de clefs, a eu lieu en octobre dans l’usine Renault Trucks de Blainville-sur-Orne, l’un des quatre sites de production en France du constructeur. Yves Litzellmann, bénévole pour le compte des Restos du Coeur, a reçu les clefs des mains de Christophe Loyer, directeur du site industriel de Blainville-sur-Orne.

Ce fût ensuite à l’antenne de Tours de recevoir, dans les locaux de l’antenne d’Indre-et-Loire des Restos du Coeur, les clés d’un Renault Master. C’est Bertrand Desmaison, directeur de la concession Renault Trucks Tours (Groupe Dours) qui a remis les clés à Michel Flamé, président des Restos du Coeur d’Indre-et-Loire. « Nous sommes fiers de pouvoir apporter notre modeste contribution. Nous espérons que ce véhicule participera à améliorer le fonctionnement de l’association, dont la mission quotidienne est indispensable dans le département », a déclaré Bertrand Desmaison.   « Le camion est l’un des maillons indispensables au bon fonctionnement de notre association ; il nous permettra de convoyer tous types de denrées alimentaires en direction des familles les plus démunies, tout en respectant la chaîne du froid », a souligné Michel Flamé.

Enfin, le troisième Renault Master a été remis aux Restos du Coeur de Haute-Savoie par Renault Trucks Annecy (Bernard Trucks). Stéphane Pontier, directeur du pôle Est chez Bernard Trucks, confie être un « fervent soutien des actions menées par les associations telles que les Restos du Coeur ». Et il ajoute « en tant qu’acteur économique local, c’est important de pouvoir apporter son aide à des associations comme celle-ci ». Pour Didier Lotte, président de l’antenne départementale des Restos du Coeur Haute-Savoie, l’arrivée de ce véhicule tombe « à point nommé » ; il ajoute que « le véhicule tourne déjà à Annemasse pour récupérer les produits frais des différents supermarchés. Ce don a été apprécié et permet ainsi d’avoir un véhicule aux normes réglementaires pour respecter la chaîne du froid ».

Ecrit par Auriane Kerbrat

Webp.net resizeimage 78 1

Le meilleur de 2018 – Poids-lourd

Transport routier, L’OTRE rappelle ses convictions après le rapport Duron

L’OTRE a été reçue par Mme Élisabeth Borne, ministre des transports, après la présentation du rapport DURON sur les « Mobilités du quotidien, répondre aux urgences et préparer l’avenir ».

IVECO et  BNP Paribas lance le programme Green Finance pour encourager la transition énergétique

Afin d’aider les professionnels de la route à passer à la vitesse supérieure question transition énergétique, Iveco et BNP proposeront aux acheteurs de véhicules Natural Power IVECO, alimentés au gaz naturel comprimé (GNC) et liquéfié (GNL) ou au biométhane, des solutions Electric ou de la technologie Euro 6 RDE 2020 Ready de bénéficier de conditions de financement préférentielles.

ZF prépare activement l’arrivée du platooning

Dans le cadre du projet ENSEMBLE, cofinancé par l’UE, ZF travaille en collaboration avec des constructeurs de poids lourds dans le but d’introduire le platooning multimarque en Europe d’ici 2021.

Les 1 000 premiers camions Hyundai à hydrogène seront pour la Suisse

Hyundai Motor vient d’annoncer la livraison en Suisse de 1 000 exemplaires d’ici 2023 de son camion à hydrogène.

Nouveau contrôle technique, 1er bilan pour les poids-lourds

Depuis le 20 mai 2018, les centres de contrôle technique appliquent la nouvelle directive européenne CE 2014/45 qui concerne également les poids lourds. DEKRA Automotive, dresse un premier bilan.

Camion autonome : Einride présente le T-log dédié au transport de bois

Il y a un an, Einride, constructeur suédois, présentait son premier camion autonome et électrique, le T-POD, essentiellement destiné au transport de marchandises. Cette fois-ci, la société suédoise revient avec un nouveau concept, le T-LOG, plus puissant, tout terrain et dédié au transport de bois.

DAF Truck Configurator réduit les délais de livraison

Le nouvel outil 3D DAF Truck Configurator, disponible sur tous les sites Web DAF européens, permet de voir en 3D toutes les configurations d’essieu et variantes de cabine disponibles, ainsi que toutes les options d’usine existantes, le tout à partir de données provenant directement de chez DAF.

Ecrit par Auriane Kerbrat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les chauffeurs routiers ne feront pas grève

La situation était loin d’être réglée hier. A la suite de la réunion qui s’est tenue en urgence au ministère des transports, les syndicats n’étaient pas tous unanimes sur la suite à donner au mouvement. La CGT Transports avait même menacée de maintenir son appel à la grève dès dimanche soir.

Il semblerait que le ciel se soit éclairci. A la suite des garanties émises par les organisations patronales, les syndicats, qui se laissaient un temps de réflexion, ont finalement jugé admissibles et recevables ces garanties.

L’appel à la grève est donc levé, une bonne nouvelle dans un contexte où le mouvement des gilets jaunes a déjà coûté très cher au TRM.

Ecrit par Auriane Kerbrat

Prévoté, un transporteur engagé et impliqué dans son époque

Prévoté Transport et Logistique est une PME du transport routier de référence qui fête tout juste, cette année, ses 70 ans. Le groupe est aujourd’hui répartie sur 5 sites et compte 575 collaborateurs, dont 350 conducteurs pour 800 cartes grises avec un chiffre d’affaires (2018) de 70 millions d’euros. Membre du groupement Astre, l’entreprise de transport des Hauts-de-France est dirigé par Jean-François Prévoté et ses deux neveux Jean-Frédéric et Jean-Stéphane Prévoté (fils de Jean-Pierre Prévoté co-fondateur du groupe). Comme un certain nombre de ses collègues, Prévoté s’intéresse au gaz comme énergie et vient de renforcer sa flotte en optant pour le Gaz Naturel pour Véhicules (GNV). Cela confirme un engagement environnemental qui plait aux clients historiques participant à l’opération. C’est une première pour l’entreprise, leader régional, qui, avec cet investissement audacieux, confirme ses engagements environnementaux, déjà actés par la signature de l’Objectif CO2. 

Pour Prévoté, il s’agit d’un investissement important. Les trois Scania sont facturés 115 000 € chacun, mais c’est pour la bonne cause. « Nos clients nous ont suivi dans la démarche, c’est un vrai partenariat. Etant tous concernés par l’environnement et la transition énergétique, la décision de passer au gaz a été une décision commune pour deux de nos clients. L’objectif est d’évoluer et de grandir ensemble. » déclare Jean-François Prévoté, directeur général qui assure que les avantages du GNV sont considérables avec 80% en moins de rejet de CO2 et 70% en moins de rejet de particules fines. Le moteur est également plus silencieux qu’un diesel à performances égales. Les véhicules alimentés au GNV ont également l’autorisation de livrer dans des zones d’accès limité aux autres véhicules (vignette Crit’Air 1). Jusqu’à présent, la flotte Prévoté est composée majoritairement de véhicules aux normes Euro6.

Mis en services en 2018, les véhicules assurent déjà la distribution quotidienne pour le compte de Cercle vert, dans le Val d’Oise. Leurs tournées ont été adaptées afin de s’assurer du passage des camions près des stations d’approvisionnement, situées à Mitry-Mory et Gennevilliers. « Ce sont des camions très agréables de conduire, ça ne fait pas de bruit, c’est un vrai confort. De plus nous respectons l’environnement. C’est une satisfaction personnelle. Prévoté m’a tout appris, j’ai été formé en interne et aujourd’hui on me fait confiance, j’ai la chance d’évoluer et de conduire un camion au gaz. » se félicite Jean Bernard Barnabot, conducteur.

                                                                                                                                      

Autre action valorisante et utile pour l’entreprise, l’animation d’une école de conducteurs qui accompagne les futurs conducteurs de l’entreprise pour le passage du permis de conduire poids-lourd et de la FIMO. Ensuite, l’école des conducteurs suit chacun d’entre eux au fil de leur carrière en les formant à l’écoconduite, au transport de marchandises dangereuses et aux réglementations du secteur du transport et de la logistique et à la sécurité.

Ecrit par Jean-Yves Kerbrat

Gilets jaunes et manifestations, les mesures de l’Etat pour compenser les pertes des entreprises

À la suite de l’impact du mouvement des “gilets jaunes” sur l’économie française, Bruno Le Maire a annoncé le 26 novembre la mise en place de plusieurs mesures de soutien à l’activité.

Six mesures immédiates pour répondre aux demandes des organisations professionnelles.

L’ensemble des représentants des secteurs économiques étaient réunis à Bercy, le 26 novembre 2018, à l’occasion de la présentation d’un micro-plan d’aide, qui sera supervisé par une cellule de continuité économique. Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé l’instauration immédiate de six mesures pour répondre aux demandes des organisations professionnelles.

Un étalement des échéances sociales et fiscales devrait tout d’abord être instauré, “entreprise par entreprise”, pour tenir compte de l’impact des événements sur le chiffre d’affaires.

Dans le même sens, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a été chargée d’étudier la mise en place de “mesures de chômage partiel pour toutes les entreprises qui pourraient en avoir besoin”, mais aussi d’“ouvertures supplémentaires les dimanches pour les commerces qui n’en bénéficieraient pas”, a indiqué Bruno Le Maire.

Bruno Le Maire, ministre de l’économie

Le ministre a également demandé “aux assureurs de veiller à ce qu’ils accélèrent les indemnisations pour toutes les branches et tous les secteurs qui auraient été touchés par des pertes d’exploitation”, et aux banques de “mettre en œuvre des facilités en cas de dépassement de découverts”.

Enfin, Bpifrance relèvera de 40% à 70% ses garanties sur les crédits de trésorerie, et reportera un certain nombre d’échéances de remboursement de prêts pour alléger la trésorerie des commerces touchés par les événements.

Compenser l’impact sévère sur l’activité économique nationale

Le constat de l’ensemble des secteurs économiques est clair : les événements récents ont un impact sévère sur l’activité économique nationale”, a expliqué Bruno Le Maire à l’issue de la réunion de crise réunie à Bercy.

Le ministre a rappelé les conséquences des actions du mouvement des “gilets jaunes” après un deuxième week-end de mobilisation. Dans la grande distribution, la perte de chiffre d’affaires enregistrée a ainsi atteint 35% le samedi 17 novembre et 18% le samedi 24 novembre. Dans la semaine, elle s’échelonnerait entre 8% et 15%. Pour “certains artisans bouchers, coiffeurs ou boulangers, les baisses de chiffre d’affaires peuvent atteindre 60 à 70%”, tandis que les pertes pour les marchés de gros sont évaluées entre 30 et 40%, a-t-il détaillé.

« Non seulement certains magasins sont fermés ou pâtissent des filtrages, mais les blocages d’entrepôts posent des problèmes d’approvisionnement. Des sites, aujourd’hui, ne peuvent pas ouvrir faute d’avoir été livrés », précise Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) dans un article du Monde, dénonçant un “effet de cumul”.

Des risques également en termes d’image pour la France, qui pourrait pâtir de ces événements. “Pour une nation qui depuis 18 mois veille à restaurer (…) ces images vont évidemment dans le mauvais sens et elles sont désastreuses pour l’image de notre pays. À travers les Champs-Élysées, c’est toute la France dont l’attractivité est affaiblie”, a déclaré Bruno Le Maire.

Ecrit par Jean-Yves Kerbrat