Bienvenue chez BH Service : L'expert Moteurs et Transmissions

 

« Décidément, le Gouvernement aime ouvrir tous les fronts en même temps », constate le député Marc Le Fur.

« En plein conflit à la SNCF, Mme BORNE, ministre des Transports, ressort le dossier écotaxe et

annonce sur BFM TV qu’il y aura une contribution des transporteurs routiers au financement des

infrastructures de transports et que « ça fait partie des choses qui seront présentées au Parlement »,

poursuit le député des Côtes d’Armor.

« La ministre veut donc faire renaître l’écotaxe de ses cendres dans le cadre du projet de loi sur les mobilités

qu’elle présentera devant le Parlement. J’appelle tous les Bretons et plus particulièrement

le Président du Conseil régional à être d’une très grande vigilance sur ce sujet. Si Mme BORNE

avait l’idée de régionaliser cette nouvelle taxe,

il va de soi que la Région Bretagne ne mettrait pas en place cette taxe, mais d’autres régions

pourraient le faire et taxer ainsi les camions en transit chez elles, notamment les transporteurs bretons »,

précise le Président du Groupe « Droite, centre et régionaliste ».

Les regions frontaliere pourrais appliquer cette taxe à leur bon vouloir ? 

Cet article La ministre des Transports ressort l’écotaxe est apparu en premier sur Site de Marc Le Fur.

 

mecanicien trucks

 

Bonjour, 

Nous somme à la recherche d'un technicien d'atelier boite de vitesse

« Assurer le SAV des Boites de Vitesses PL en Atelier »

- Responsabilité / Missions : 
Réalisation Prestations de services : réaliser les travaux de démontage, expertise, identification des pièces, remontage, garantie selon les ordres de travaux transmis Relation technique Constructeurs:
connaître/savoir utiliser le support technique constructeur, suivre/assimiler/transmettre les formations constructeurs Mise en œuvre de l’Organisation / Méthodes : 
appliquer les procédures définies par ailleurs, notamment en matière de sécurité, technique, etc. 
Rapport d’activité : pointage des heures, établissement des comptes rendus de travaux

- Qualités requises :
rigoureux et méthodique.
respectueux des consignes de sécurité et d’environnement, et des préconisations constructeurs capacité d’apprentissage

- Compétences/formation : maîtrise dépose/repose des transmissions sur Véhicules Industriels PL utilisation outils informatiques,

- Rattachement hiérarchique et fonctionnel : 
Chef d’Atelier Boites

- Rémunération & statut : 
salaire annuel brut de 20 000€ à 30 000€ selon profil et expérience, plus avantage existants dans l’entreprise (mutuelle, ticket restaurant et intéressement)

tesla-semi.jpg

 

Le groupe Daimler doute énormément des performances promises par Tesla pour le camion électrique Semi. Sans doute parce que le sien ne lui arrive pas à la cheville.

Daimler a annoncé ses plans concernant la version 100 % électrique du camion Actros conçu par Mercedes-Benz. Le groupe vise ainsi 2021 pour la production de masse, sachant que certains partenaires privilégiés vont pouvoir prochainement rouler avec. Mais alors que Daimler s’apprête seulement à se lancer dans une longue phase de tests publics, Tesla promet monts et merveilles et remplit son carnet de commandes avec son équivalent baptisé Semi. Attendu pour 2019, le poids lourd américain s’appuie sur des performances inouïes et largement au-dessus de celles de l’e-Actros. Si bien que la firme allemande préfère en douter.

MAUVAIS JOUEUR, GRAND PERDANT ?

Pour rappel, le Tesla Semi devrait pouvoir tenir sur une distance de 800 kilomètres et offrir une recharge ultra rapide permettant de récupérer les 3/4 de la capacité de la batterie en 30 minutes. En face, Daimler s’arrête à 200 kilomètres avec son e-Actros, qui prendra entre trois et onze heures pour faire le plein et sera, dans un premier temps, chargé d’assurer des petits parcours urbains (exemple : des livraisons à des particuliers).

Dès lors, on assiste plus ou moins à une bataille de communication. D’un côté, nous avons Tesla, sûr de ses forces et de ses produits. De l’autre, Daimler qui rivalise de prudence et émet des réserves sur les arguments de la concurrence. «  Si Tesla transforme bel et bien la promesse en réalité, alors nous lui achèterons deux camions — un pour le démonter, un autre pour le tester car si cela arrive vraiment, alors quelque chose nous aura échappé. Mais, pour l’heure, les mêmes lois de la physique s’appliquent en Allemagne et en Californie  », explique Martin Daum, chef de la division camion.

Le fait est que Tesla n’a, pour l’instant, jamais pipeauté sur ses chiffres. Après tout, une Model S supplante les autres voitures électriques en termes de puissance et d’autonomie. Il y a une question de conception : pendant que les constructeurs font beaucoup de conversion de véhicules existants, Tesla repense tout de A à Z. Traduction : là où l’e-Actros doit s’adapter à la structure de l’Actros, le Semi n’a jamais connu de réelles contraintes. La différence est probablement là. Mais Daimler, par son expérience, son savoir et sa légitimité, a le droit d’en douter. Réponse dans quelques années.

 

 

Source:https://www.numerama.com

 

32141

Une photo du camion par la gendarmerie de l'Ain.- @Gendarmerie de l'Ain

 

Les faits ont eu lieu vendredi 2 mars, jour de fortes chutes de neiges, à hauteur de Poncin 01.

Il roulait à 127 km/h au lieu des 70 réglementaires pour lui à ce moment là. Un conducteur italien de poid-lourd a été arrêté sur l'A40, vendredi 2 mars, à hauteur de Poncin. Plus tôt dans la journée, cette autoroute avait été interdite aux camions à cause des mauvaises conditions météo.

Les gendarme du peloton motorisé de Bourg-en-Bresse relèvent 11 autre infractions au code de la route, notamment des dépassements de temps de conduite et des insuffisances de temps de repos.

Le compte Facebook officiel de la gendarmerie de l'Ain précise : "Le chauffeur s’est acquitté d’une amende de 4080 € et son permis de conduire lui a été retiré sur le champ. Son employeur a dû envoyer un autre chauffeur pour récupérer le camion et la marchandise périssable, pour continuer sa route."

 

 
  • Par La Voix de L'Ain

 

Transports autonomes : le double risque de l’explosion du transport et du développement des inégalités

 

volvo autonome

Et si le développement des transports autonomes favorisait l’emploi ?

UberCamionAutonome 300x200C’est la thèse que défend medium.com une étude menée par Uber – qui est loin d’être un acteur neutre sur cette question puisque la licorne américaine est l’un des acteurs les plus actifs dans le développement de véhicules autonomes. Selon les experts d’Uber, rapporte Alexis Madrigal pour The Atlantic, les camions autonomes devraient développer l’emploi plus que le réduire. En effet, l’efficacité induite par le déploiement de camions autonomes devrait stimuler la demande et réduire le coût du fret… ce qui devrait se traduire par davantage d’activités et donc une augmentation du transport routier plutôt qu’une diminution.

L’autonomisation des véhicules ne signifierait pas pour autant la disparition des chauffeurs estime Uber, qui doute que les véhicules puissent rapidement se déployer au-delà des autoroutes. Il faudra donc des chauffeurs pour leurs faire accomplir les premiers et derniers kilomètres.

Enfin, souligne l’étude, les chauffeurs ne font pas que conduire : ils prennent soin à la fois du véhicule et de ce qu’ils transportent, deux activités qui ne seront pas facilement automatisables. En fait, le développement des camions autonomes pourrait bien améliorer l’existence des chauffeurs routiers, en leur permettant de se reposer plus souvent, souligne non sans cynisme Uber. Les camions autonomes pourraient également améliorer la vie des conducteurs qui passent beaucoup de temps loin de leur famille ce qui rend la profession assez peu attractive. En permettant l’automatisation du transport au long cours, on pourrait imaginer développer des espaces de transit, permettant aux conducteurs de récupérer des camions pour qu’ils n’aient qu’à accomplir les voyages locaux.

Ce scénario idyllique proposé par Uber n’est heureusement pas du goût de tout le monde, on s’en douterait. Le sociologue américain Steve Viscelli, auteur d’un livre sur les routiers et le déclin du rêve américain, rappelle par exemple que dans les ports, ce type de conducteurs, chargés d’amener les marchandises à leurs propriétaires locaux, existent déjà. Ce sont des emplois très précaires, payés le plus souvent à la charge. Pour le syndicaliste routier Doug Bloch, cette perspective risque surtout encore plus de dévaloriser le métier, en généralisant les chauffeurs indépendants et contractuels ! Pour Karen Levy, sociologue à Cornell, ce modèle n’a de sens qui si l’on réforme profondément le métier et qu’on s’en empare comme une question sociale, économique et politique. Le risque est plutôt qu’Uber s’arroge le marché des conducteurs précarisés avec des applications pour maximiser les roulements. A croire qu’Uber n’a pas encore fini d’ubériser !

Rappelons tout de même que la majorité des études sur le développement des camions autonomes ne sont pas très optimistes pour l’emploi. Goldman SachsMcKinsey ou le Forum international des transports évoquent plutôt des pertes conséquentes d’ici les 10 prochaines années. Et les perspectives plus globales sur l’avenir de l’emploi lié à l’automatisation sont le plus souvent apocalyptiques, comme le résume une récente synthèse menée par la Technology Review (qui pointe surtout le fait que les experts ne savent pas vraiment ce qu’il en sera, tant les écarts varient d’une hypothèse à l’autre).

Dans un autre article pour The Atlantic, Alexis Madrigal pointe un autre risque que fait peser le développement de transports publics automatisés. Si le sujet est un peu différent du précédent, ce qu’il dit des transformations à venir n’en est pas moins intéressant. En effet, aux États-Unis, les chauffeurs de bus proviennent majoritairement de la communauté afro-américaine. Pour la sociologue Katrinell Davis, auteure de Travailler dur ne suffit pas : des inégalités de genre et de race dans l’espace de travail urbain, la technologie des véhicules autonomes s’annonce comme une extension de l’oppression économique à l’encontre de cette communauté : l’automatisation menace plus les Afro-Américains que les autres notamment parce qu’ils sont principalement employés dans des professions peu qualifiées vulnérables aux innovations technologiques. Alors que des expérimentations de transports publics autonomes ont déjà lieu dans plusieurs villes américaines, l’administration des transports américaine a lancé une consultation pour réfléchir à comment lever les barrières à leur automatisation.

En attendant le déploiement des bus et camions autonomes, la ville de Pittsburgh s’est investie d’une nouvelle responsabilité : établir des règles pour les voitures autonomes. Pour cela, rapporte Jessica Gourdon pour Le Monde, la ville a ouvert ses portes au laboratoire de R&D d’Uber et a autorisé la circulation d’une centaine de VTC autonomes en test. Elle héberge également tout un écosystème de startups autour de la voiture autonome, essaimage du célèbre département d’informatique et de robotique de l’université Carnegie-Mellon, comme Argo AIAptivAurora… Pour le maire de Pittsburgh, la voiture autonome va redessiner la ville de demain, et notamment les transports publics, d’où l’intérêt d’observer très directement leur impact – notamment sur l’emploi -, explique-t-il. Pas sûr pour autant que l’expérimentation en cours permette de mesurer ce que donnera l’avenir de la voiture autonome, puisque pour l’instant, les voitures sans chauffeurs en test disposent d’un chauffeur, du fait des contraintes légales.

Sur Medium enfin, Paris Marx rappelle que la voiture vraiment autonome (capable de circuler dans toutes les conditions de conduite, de circulation et de météo – une voiture qui ne dispose d’ailleurs même plus de volant – on parle de stade « 5 » dans le niveau de développement de l’autonomie) n’est certainement pas pour demain. Il souligne que son arrivée ne cesse d’être repoussée. Google l’a promettait pour 2017. Musk également avant qu’il ne demande un nouveau délai. Volvo l’avait promis pour 2017 également et vient de repousser la date pour 2021. Ford a fait des promesses pour 2021, mais a ensuite annoncé que ça prendrait plus de temps. Seul GM maintient la date de 2019, mais ses modèles en tests ont connu plusieurs accidents en 2017… ce qui laisse planer des doutes sur son annonce. La raison de cet échec annoncé ? Les progrès qui restent à faire sont trop compliqués et trop spécifiques : le brouillard, la neige et la pluie notamment, les conditions de circulations très complexes… semblent rendre l’automatisation totale très difficile à approcher.

Pour Paris Marx, il va nous falloir nous contenter d’un niveau 3 où l’humain doit toujours être prêt à reprendre le volant, voire d’un niveau 4 ou l’autonomie n’est assurée qu’en conditions délimités (sur autoroute notamment ou sur des voies réservées). De quoi donner du crédit au scénario d’un renforcement de l’ubérisation de la conduite…

Source: http://www.internetactu.net

À lire sur : The Atlantic