Bienvenue chez BH Service : L'expert Moteurs et Transmissions

Du 80 km/h aux infrastructures, le point sur le réseau routier français

Les premiers chiffres commencent à tomber. Les défenseurs du passage de 90 km/h à 80, qui continue de diviser, peuvent toutefois se réjouir : la baisse serait de – 5,5%.

La nouvelle pourrait être belle si seulement l’état du réseau permettait aussi d’éviter des accidents.…
Or, les chaussées du réseau secondaire ne sont plus entretenues comme elles devraient, des nids de poule s’accumulent sous les passages répétés des voitures, engins agricoles et poids-lourds.

Selon un rapport sur l’état des routes commandées par le gouvernement, 17% du réseau est dégradé et sur les 12 000 ponts que compte le réseau, un tiers nécessite des réparations quand 7% menacent de s’effondrer. Si d’ici 2037, aucune mesure n’est prise, c’est 60 % du réseau français qui sera impacté par des dégradations irréversibles. Alors pour reprendre la sortie très controversée du délégué à la Sécurité routière Emmanuel Barbe, le mauvais état des routes n’est certainement pas une solution pour lutter contre les accidents puisque justement 47% des accidents y seraient liés, selon l’association 40 millions d’Automobilistes.

Pour Dominique Bussereau, président de l’Assemblée des Départements de France et ancien secrétaire d’état au transport, l’écotaxe était une bonne manière de financer les infrastructures. Maintenue, elle aurait rapporté, selon lui, 3,5 milliards d’euros, assez pour entretenir tout le réseau routier. Face aux polémiques et au récent accident de Gênes qui fait écho à nos propres problèmes de gestion, Elisabeth Borne, qui avait annoncé il y a quelques semaines une enveloppe de 700 millions d’euros pour la rénovation des routes, vient d’y ajouter 100 millions. Mieux que rien mais surement pas assez pour remettre à niveau les 21 000 kilomètres de routes et les 12 000 ponts du réseau français.

Ecrit par Auriane Kerbrat